Eric Zemmour condamné à 10 000 euros d’amende pour provocation à la haine

Paris, le 30 novembre 2021. Eric Zemmour, journaliste polémiste d'extrême droite, au journal télévisé de TF1 après l'annonce sur Youtube de sa candidature à l'élection présidentielle 2022.

Un nouvel ajout à un casier déjà bien rempli. Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce lundi Eric Zemmourà 10 000 euros d’amende pour provocation à la haine. Le 29 septembre 2020, lors d’un débat dans l’émission «Face à l’info» sur CNews et après un attentat devant les ex-locaux de Charlie Hebdo, le polémiste d’extrême droite avait affirmé que les migrants mineurs isolés étaient des «voleurs», des «assassins», des «violeurs.» «C’est tout ce qu’ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu’ils viennent, vociférait alors l‘ancien journaliste du Figaro sur le plateau. C’est une invasion permanente.»

Ce lundi, comme à l’audience du 17 novembre, le prétendant à l’Elysée n’était pas présent dans la 17e chambre du tribunal correctionnel. Le candidat a seulement publié un communiqué sur les réseaux sociaux, dans lequel il regrette d’être condamné pour un «délit d’opinion». «C’est la condamnation d’un esprit libre par un système judiciaire envahi par les idéologues», tance le polémiste d’extrême droite. Qui ajoute : «Nous voulons la fin de ce système que resserre un peu plus chaque jour le garrot sur la liberté d’expression et le débat démocratique.»

Publié le
Catégorisé comme Justice

Par liberation

Libération est un quotidien français paraissant le matin, disponible également dans une version en ligne. Fondé sous la protection de Jean-Paul Sartre et Maurice Clavel, le journal paraît pour la première fois le 18 avril 1973 et reprend le nom d'un titre de presse créé en 1927 par le libertaire Jules Vignes, nom qui sera également celui d'un des journaux de la Résistance dirigé par Emmanuel d'Astier de La Vigerie. Situé à l'extrême gauche à ses débuts, Libération évolue vers la gauche socialiste à la fin des années 1970 après la démission de Jean-Paul Sartre en 1974. Au XXIe siècle, le journal se situe dans une lignée sociale-démocrate et libérale. Libération est aujourd'hui détenu par un fonds de dotation créé à partir de Altice Média, un groupe détenu par le milliardaire français Patrick Drahi.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.